L’Épice Locale participe aux Ateliers du Père Noël !

 

L’Épice Locale, l’épicerie citoyenne de Villers en Transition, vous accueille le samedi 25 novembre de 15h00 à 21h00 dans le cadre des Ateliers du Père Noël !

Venez déguster des pâtisseries fabriquées à partir des produits vendus dans l’épicerie, goûter des vins bios et naturels, participer à un atelier de fabrication de « bee’s wrap » (un emballage réutilisable à la cire d’abeille),… C’est aussi une formidable occasion de découvrir ce projet d’épicerie d’un autre genre et de rencontrer celles et ceux qui la font tourner !

L’adresse de l’épicerie : Rue Ernest Deltenre 39 à Sart-Dames-Avelines (en face de l’église).

 

>> En savoir plus sur le concept d’épicerie collaborative

>> Suivre le projet sur Facebook

>> En savoir plus sur les Ateliers du Père Noël

Les bonnes nouvelles de la Transition à Villers-la-Ville (#3 – Automne 2017)

Au menu de notre 3ème newsletter : l’invitation à notre prochaine réunion générale (avec en bonus le PV de notre réunion plénière de septembre), une formation du Réseau en Transition, une journée sur le thème « Quelle économie alternative en 2030 ? » et un petit récap’ des actus de la Transition à Villers-la-Ville.

>> Pour lire la newsletter, c’est par ici !

LAND ART au bord de l’eau

Ce dimanche 15 octobre, Alix nous a emmenés dans la nature pour une activité de LAND ART. Le soleil était généreux et il faisait très doux. Ensemble, nous nous sommes mis à l’écoute de la nature, nous avons rassemblé feuilles d’automne, fleurs, herbes séchées, plumes, textures et couleurs diverses pour créer ensemble une œuvre éphémère au bord de la rivière. Si vous passez sur le chemin qui mène de Villers à Sart-Dames, vous en verrez peut-être encore quelques traces !

Le petit groupe, ravi par cette première expérience, a décidé de remettre ça à chaque saison, la prochaine activité LAND ART aura donc lieu dès cet hiver ! N’hésitez pas à vous joindre à nous…

Le Cercle « Lien social »

Pour nous contacter : animation@villersentransition.be

 

     

       

 

Quelques infos sur le repair café de septembre

Alors que le prochain repair café arrive à grands pas (ce dimanche 22), voici quelques informations sur celui de septembre:

17 diagnostics de réparation dont 4 avec réparations (surtout vélo et couture),
11 non réparables (principalement de l’électroménager en fin de vie)
et 2 pour lesquelles une commande de pièces doit être effectuée pour une prochaine réparation.

15 personnes venues dont 13 villersoises et 2 habitant à proximité (1395 et 6211).

Notre équipe de volontaires était en nombre réduit : 1 couturière au lieu de 3 (maladie et voyage), 1 réparateur électro au lieu de 3 (voyages), 1 réparateur vélo/rémouleur + 2 personnes pour l’accueil au lieu de 3 (voyage). Nous avons accueilli un nouveau réparateur, Brand qui s’est mis à l’ouvrage de suite. Son épouse viendra nous rejoindre pour les prochaines dates à l’atelier couture.

La séance a été l’occasion de découvrir également le travail de la micro-entreprise « les boudines » qui confectionne des biscuits sans gluten. Valérie a animé un atelier préparation de pâtes à tartiner saines et savoureuses. Marie a également animé un atelier de fabrication de produits ménagers maison. Un grand MERCI à tous et toutes !

Lors de la prochaine date, le 22/10, sera également organisé l’apm à la maison communautaire une formation pour l’entretien des machines à coudre pour les bricoleurs réparateurs des RC du BW. Nous accueillerons des bricoleurs réparateurs de Grez-Doiceau et d’Orp Jauche notamment…. Histoire aussi de créer du lien entre les RC du BW

 

Un ballot de paille bien productif!

Lors de la fête des Avelines qui s’est tenue le samedi 9 septembre, nombreux sont ceux qui ont été interpellés par la présence du ballot au stand des Incroyables Comestibles – Nourriture à partager.

Ce ballot, réalisé il y a quelques mois et visible Rue Minique à Marbais, est non seulement joli, mais aussi productif, avec entre autres de la capucine (comestible), du coriandre, de la menthe, de la ciboulette et des fraisiers.

   

L’intérêt de la culture sur ballot est qu’elle est très facile à réaliser.  Le ballot peut se poser n’importe ou, même sur un sol en dur. Et son coût est dérisoire. Voilà une belle façon de partager de la nourriture avec ses voisins, les passants.

Envie de vous lancer avec la culture sur ballot ?

Réalisation facile en 5 étapes :

  • Poser le ballot sur la tranche
  • Ajouter 5-8 cm d’un mélange terre / compost
  • Planter des petits piquets sur les bords
  • Tresser quelques branches souples autour (pour contenir la terre en cas de fortes pluies)
  • Repiquer vos semis (aromatiques, salade à couper, radis, fraisiers, …)

Et quand votre ballot sera prêt, faites-le nous savoir  😉

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Un nouveau projet qui a besoin de votre aide!

Des toilettes sèches pour tout un chacun:
Voilà une idée qui ne manque pas d’air!
Kesako? 

 

Marie aimerait créer un cercle « Toilette Sèche » dont l’objectif serait de promouvoir la création et l’usage de toilettes sèches.

On pourrait faire un prototype, créer un panneau explicatif, tenir un stand de sensibilisation lors des événements organisés par VenT, organiser un atelier, aider des particuliers à en installer chez eux…

Dès qu’on parle de toilette sèche, il faut aborder l’aspect compostage, cet aspect peut donc faire partie de notre zone de préoccupation.

Nous déciderons en cercle ce que nous voulons faire autour de cette thématique.

Si cela vous intéresse d’initier ce cercle avec moi, n’hésitez pas à nous contacter, nous vous enverrons les coordonnées de Marie

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

[recaptcha]

« Demain » le film, ce mercredi sur la RTBF

Le film-documentaire « Demain » a eu l’effet d’un raz-de-marée ! Réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent, il a éveillé les consciences sur le réchauffement climatique qui menace l’humanité. Bien loin d’être moralisateur, ce documentaire offre une vision positive pour créer le monde de demain…
Ne manquez pas le documentaire plein d’espoir qui a bousculé les mentalités ce mercredi 4 octobre, à 20h25, sur La Une !

La Fête des possibles à Villers le 24 septembre

Le Repair Café aura lieu comme d’habitude entre 10h00 et 13h00 à la maison communautaire de Marbais (Rue de Priesmont 32).

Pour l’occasion il y aura aussi un atelier de fabrication de « pâtes à tartiner » saines et délicieuses,

une dégustation de biscuits « Les Boudines »

et un atelier de fabrication de produits ménagers.

Le Talent est la monnaie locale de Villers

Ce vendredi 8 septembre, le Talent est arrivé officiellement depuis Ottignies et nous l’avons accueilli comme il se doit à la gare de Tilly.  S’en est suivie une présentation de ce qu’est la monnaie locale à la salle communautaire de Marbais.

Ce samedi, le Talent était la monnaie officielle de la fête des Avelines 
– le stand Talent a opéré une centaine de transactions 

– plus de 500 Talents ne sont pas revenus et donc circulent dans Villers…

Pour rappel: 

le Talent est maintenant utilisé dans 4 communes du Brabant Wallon : Ottignies- Louvain-la-Neuve, Court-St Etienne, Genappe et Villers-la-Ville.  Il s’agit bien du même Talent.  
Aujourd’hui, il est déjà accepté par une centaine de commerçants ou prestataires de service
1 Talent = 1 €

Les citoyens villersois deviennent talentueux

Le mouvement de la Transition est bel et bien en marche à Villers-la-Ville ! Le week-end des 8-9 septembre la monnaie locale complémentaire « Le Talent » fait son entrée dans l’entité de Villers-la-Ville.

Vendredi 8 septembre à 18h, à la gare de Tilly, le coffre du Talent venu de Ottignies, fera son entrée symbolique à Villers-la-Ville. Cette entrée symbolique sera suivie à 20h, à la salle communautaire de Marbais d’une présentation de la monnaie locale.

Mise en circulation d’une monnaie locale : le « Talent »

Depuis le 19 juin dernier, Villers-la-Ville fait en effet partie de l’aventure de cette monnaie locale née à Ottignies – Louvain-la-Neuve. Trois objectifs à cette démarche :

  • favoriser les producteurs et les commerçants locaux et de la sorte renforcer le tissu économique local et les circuits courts ;
  • adopter des comportements citoyens, notamment en matière d’environnement, de participation et de solidarité ;
  • financer un système d’épargne local qui soutient des projets au sein de la communauté.

Aujourd’hui, le Talent est déjà accepté par une centaine de commerçants ou prestataires de service à Ottignies, Louvain-la-Neuve, Court-St-Etienne et Genappe. Il commence à faire son chemin chez nous à Villers-la-Ville. Lors de la Fête des Avelines du 9 septembre, les citoyens pourront échanger leurs Euros en Talents et payer leurs consommations au bar en Talent.

Un comptoir est déjà ouvert sur Villers (lieu où le citoyen peut échanger ses euros contre des Talents) et 4 prestataires acceptent déjà le Talent sur l’entité.

Personne de contact pour plus d’informations :

Yves Van Gheem via le formulaire ce-dessous

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

VenT en Talendise

C’est officiel, lundi 19 juin, l’Assemblée générale de l’asbl Le Talent (monnaie locale partie de Ottignies-Louvain-la-Neuve et qui s’est actuellement déjà étendue sur Court-Saint-Etienne et Genappe) s’est prononcée pour l’extension de la zone du Talent à Villers-la-Ville. Cela signifie que dès aujourd’hui Villers-la-Ville fait partie de l’aventure de cette monnaie locale.

Une monnaie locale pourquoi ?
L’objectif premier d’une monnaie locale est de promouvoir les circuits économiques courts et la production locale. Le Talent rempli cet objectif de deux manière: en limitant sa zone d’échange et via l’aide du Credal, en réinvestissant dans des projets locaux.

Le Talent pourquoi ?

Le Talent a un peu plus de 6 mois de circulation effective. Il a déjà « contaminé » deux communes voisines (Genappe et Courts-Saint-Etienne) et il est parti d’un des pôles d’attraction économique et culturel des villersois (Ottignies-LLN). Un autre pôle économique étant Nivelles (surtout pour Sart) mais ce bassin ne propose pas (encore?) de monnaie locale.

Concrètement pour les villersois(e)s, ça veut dire quoi ?
Ca veut dire que des prestataires de services (commerçants, associations, indépendants, profession libérale, …) vont pouvoir accepter les Talents (c’est déjà le cas) en paiement (1 Talent = 1 Euro) de leur bien ou service.

Ca veut dire que des comptoirs de talent vont s’ouvrir très prochainement où les citoyens villersois pourront échanger leur euros contre des Talents (1 Euro =1 Talent) pour faire leurs courses à Villers, Genappe, Court-Saint-Etienne ou Ottignies-LLN (actuellement près de 100 prestataires acceptent les Talents).

Ca veut dire que le Cercle Talent va s’activer pour promouvoir cette monnaie dans notre commune.

Ca veut dire que Villers participe à l’évolution globale de cette aventure (représentation « active » au CA et à l’AG de l’asbl « Le Talent »)

Soyons Talentueu(se)x

(beaucoup) d’autres informations suivront…

On nage en plein légumes le 21 juin !

En passant près de l’école de Tilly, vous avez sûrement découvert cette indication sur le poteau planté près d’un petit bac rempli de choses délicieuses.

Son installation a fait l’objet d’une collaboration entre l’Administration Communale de Villers-la-Ville et l’association Villers en Transition.

Mais le savez-vous ? Depuis les vacances de printemps, ce sont les enfants de troisième maternelle qui s’en occupent sous la houlette de leurs institutrices, épaulées par des membres de Villers en Transition.

Cela se fête, c’est pourquoi nous vous invitons à partager avec nous un petit apéro le mercredi 21 juin de 11h30 à 12h30 à côté du bac

Les enfants et les institutrices pourront ainsi vous faire découvrir les résultats de leurs travaux.

La Direction et le corps enseignant, ainsi que le cercle « Incroyables Comestibles » de Villers en Transition vous attendent nombreux.

Au plaisir de vous y retrouver !

 Adresse du jour : Rue du Culot 4 – 1495 Tilly

——————

Des questions ?

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

 

 

2ème repair café

Le 2ème repair café s’est tenu ce 28 mai !

Quelques statistiques
16 participants dont 11 Villersois pour 21 actions de réparation (remoulage, nombreuses coutures de réparation (doudou, veste déchirée, bords de robe, tirette de pantalon…), réparations électriques et soudure (radiateur électrique, plaque électrique, grille, réveil, bouilloire électrique, coupe bordures, tondeuse électrique, enregistreur à bandes, machine à pain, …).

11 objets réparés, 7 à moitié réparés (pièces à changer ou manque de pièces) et 3 non réparables.

Deux nouveaux ateliers
* un atelier rémouleur… Yves est en effet venu avec ses ustensiles pour le rémoulage des couteaux…
* et un atelier upcycling à l’étage avec atelier customisation de vêtements animé par Elisabeth…

Recherche de bénévoles
Nous recherchons  des bénévoles bricoleurs (surtout en Informatique et en électro) !

Prochaines dates
Le prochain Repair café aura lieu le 25 juin et ce sera le dernier avant les 2 mois de congé…
Nous nous retrouverons le 24 septembre pour un nouveau trimestre de réparations.

Soirée de réflexion « Citoyenneté et reliance »

Susciter le débat, nourrir les réflexions, créer du lien autour du questionnement collectif,… Voilà certaines ambitions que le cercle « Lien Social » de Villers en Transition s’est fixées. 

Première étape ce vendredi 9 juin à 20h00 à la Maison communautaire de Marbais (Rue de Priesmont 32) !

À l’aide de capsules vidéos d’environ 10 minutes chacune, nous allons approfondir deux thématiques qui nous tiennent à cœur : la citoyenneté et la reliance. Ces capsules vidéos mettent en scène des portraits de personnes d’âges, de cultures et d’horizons différents, qui racontent plutôt qu’expliquer. Des témoignages vivants, plutôt qu’une exposition froide d’opinions. Un outil qui suscite la réflexion collective, plutôt qu’un discours moralisateur.

Animé par Alix de Briey qui a participé à la création de ces vidéos, cette soirée s’annonce passionnante ! Et bien entendu, c’est GRATUIT !

Transformer la société ensemble au départ du niveau local

Par Josué DUSOULIER, du Réseau Transition (www.reseautransition.be)

Il était une fois des habitants qui décidèrent de retrousser leurs manches et d’entrer en Transition ensemble. Ils ont décidé de montrer l’exemple et de faire leur part. Ils montrent qu’il est possible de recréer du lien social et la solidarité dans les quartiers, de renforcer l’économie locale en créant des emplois et en réduisant les inégalités sociales, d’expérimenter des modèles éducatifs bienveillants, de redonner une place à la nature et régénérer les écosystèmes naturels…

Cette expérimentation humaine à grande échelle teste des solutions adaptées aux contextes locaux. Ainsi, chaque initiative de Transition construit sa propre vision d’un futur préférable et commence à la mettre en œuvre au travers des actions qui lui font sens. Ensemble, ces collectifs de citoyens ont commencé à écrire une nouvelle histoire, celle d’un monde moins énergivore, plus en équilibre avec les limites de notre planète et où la collaboration, l’imagination et l’intelligence collective prennent le pas sur la recherche du profit, la croissance économique à tout prix et le repli sur soi.

La résilience au centre des projets, avec une vision attractive de l’avenir comme guide

Les scientifiques annoncent que pour éviter une augmentation des températures de plus de 2°C, qui aurait des conséquences catastrophiques sur le climat, il faut que 80% des énergies fossiles restent dans le sol. Et il ne reste que 5 à 10 ans pour que les choses changent… La question est donc : comment construire au plus vite une société viable en ayant recours le moins possible aux énergies contenues dans le sol ?

L’idée centrale des initiatives de Transition est de développer la résilience du territoire et de ses habitants pour mieux s’adapter aux bouleversements. Les projets visent à rendre l’économie locale plus robuste, vivante et créatrice de bien-être, à diminuer préventivement notre consommation énergétique tout en (re)créant du sens, du lien social et de la solidarité. C’est dans l’action concrète que le mouvement de la Transition se déploie.

Cela se traduit par une multitude d’actions : de la mise en place d’un système de covoiturage entre voisins à la création d’un Repair Café (atelier de réparation d’objets et appareils pour éviter d’acheter du neuf), des projets privilégiant une alimentation locale et produite dans le respect de l’environnement ou encore, la création de monnaies locales, des ateliers tricot/couture, de cuisine ou d’échange de savoir-faire, des projets de jardins, potagers ou vergers collectifs, …

Des systèmes alimentaires innovants et un investissement dans l’économie locale

Les premiers projets des initiatives de Transition touchent souvent à l’alimentation. En cultivant localement selon des méthodes respectueuses des écosystèmes (agroécologiques [1] ou permaculturelles), on soutient les producteurs, on réduit le gaspillage énergétique et les émissions de CO2, on préserve la biodiversité et on mange plus sainement.

En pratique, les potagers collectifs, jardins partagés, « incroyables comestibles »[2], marchés de producteurs locaux ou groupes d’achats solidaires fleurissent un peu partout et créent des dynamiques sociales et identitaires très positives.

A Liège un projet de ceinture alimentaire autour de la ville prévoit la reconversion professionnelle de demandeurs d’emploi dans la production d’alimentation locale. Ce projet rassemble Liège en Transition ainsi que de nombreux autres acteurs sociaux, économiques, culturels et associatifs et vise à recréer un système alimentaire local, rentable, créateur d’emplois, équitable, sain et résilient (à savoir, un système capable de s’adapter aux crises tout en continuant à nourrir les populations). Ce type de projet innovant est rendu possible par la prise de conscience et la participation d’une grande diversité d’acteurs qui apportent chacun leur point de vue et leur expertise particulière, au service du bien-être des habitants, des écosystèmes naturels et de l’économie locale de leur région.

Plutôt que de confier l’argent et l’épargne aux secteurs financiers non soutenables, les initiatives de Transition proposent de les utiliser pour soutenir l’économie locale et les projets locaux. Le retour sur investissement est alors plus visible et éthique. Il se traduit aussi dans l’amélioration du cadre de vie et de la cohésion sociale.

Dans la région namuroise, la Gelbressée en Transition s’est associée avec d’autres acteurs locaux pour créer la coopérative citoyenne « Champ d’énergie », avec pour but de se réapproprier la production d’énergie de manière éthique, locale et solidaire [3]. Dans le Brabant wallon, Grez-Doiceau en Transition développe actuellement un projet de coopérative intégrale : Get-it, qui gèrera une banque et une monnaie locale, des microcrédits solidaires et servira d’incubateur pour des projets économiques locaux et résilients.

Un changement sociétal et une autre vision de l’apprentissage pour réussir la Transition

Pour atteindre la masse critique qui permettra d’inverser le cours des choses, de peut-être éviter la catastrophe et trouver un équilibre plus sain, le modèle actuel, basé sur la croissance économique, doit être abandonné et remplacé par un ensemble de modèles plus respectueux. L’abandon de ce modèle dominant implique l’acceptation et l’intégration des nouveaux modèles par une grande partie de la population, et donc un véritable changement sociétal. Pour y arriver, il est nécessaire que le citoyen soit impliqué dans la construction et la mise en place de ces nouveaux modèles. C’est ce que le mouvement de la Transition expérimente.

Les nouveaux modes de fonctionnement que nous devons adopter nécessitent également une autre vision de l’enseignement et de l’apprentissage.

Au regard des défis auxquels nous devons faire face, nous devons constater que le système éducatif officiel, de l’enseignement fondamental à l’université, prépare le plus souvent à s’insérer dans un mode de vie passé, plutôt qu’à être capable de s’adapter au monde à venir. Le système éducatif a grand besoin de se réformer pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Nous aurons par exemple besoin de davantage de personnes ayant une formation généraliste et une vision plus holistique plutôt que de spécialistes. Nous aurons besoin de plus d’artisans, de maraîchers, de travailleurs de la construction… car moins d’énergie signifie moins de transport et de mécanisation et donc plus de travail pratique, manuel. Nous aurons également besoin de personnes qui feront preuve de sens de l’initiative, d’autonomie et d’une créativité plus développée, de personnes capables de travailler avec d’autres, de s’entraider et de donner du support moral, de partager leur savoir et de gérer des projets tout comme des situations de crise. Il faudra plus d’esprit d’entreprendre, mais ceci dans le respect des limites des ressources naturelles et avec l’objectif de participer au bien-être réel de la collectivité locale. Enfin nous aurons besoin de mettre en place des modes de gouvernance locale participative et adaptative pour accompagner cette Transition.

Pourquoi le niveau citoyen est indispensable ? Pourquoi est-il plus porteur quand il est associé à d’autres ?

On sait aujourd’hui que nos modèles économiques basés sur la croissance économique ne répondent plus aux besoins des populations. Le changement de modèle est urgent et doit doit concerner le système dans son ensemble parce que nous avons déjà atteint des limites critiques. Au vu de l’ampleur et du caractère systémique de ce changement, l’ensemble des acteurs (producteurs, chercheurs, consommateurs, décideurs,…) a un rôle majeur à jouer.

C’est sans doute le niveau citoyen qui a le plus de latitude d’actions. Il subit moins de pressions du milieu (politique, économique…) et bénéficie d’un réel potentiel à travers l’action collective. C’est également le niveau qui est le plus à même de modifier radicalement son propre récit et sa vision du futur. Les mouvements citoyens comme la Transition ont donc un rôle fondamental à jouer car il nous faut maintenant écrire une nouvelle histoire de ce que demain pourra être dans un monde plus en équilibre avec les limites de notre planète et où chacun pourra trouver sa place et se sentir bien.

En s’associant avec d’autres acteurs lucides et bienveillants (sociaux, politiques, économiques, …), ils peuvent ensemble décupler leur impact et contribuer au changement dont nous avons besoin.
Ce cheminement est passionnant et donne beaucoup de sens à la vie. C’est une aventure réelle que nous avons la chance de pouvoir vivre au jour le jour, c’est un changement majeur auquel nous avons le pouvoir de contribuer. Peut-être vous sentez-vous l’âme d’un pionnier, prêt à créer un nouveau projet qui transformera votre quartier ou votre région ? Peut-être y a-t-il près de chez vous des initiatives citoyennes auxquelles vous pourriez vous associer ou que vous pourriez rejoindre ? Quel sera votre prochain petit pas ?
[1] L’agroécologie est une approche globale de l’agriculture qui comprend une reconnaissance des savoirs et savoir-faire paysans, tout en utilisant de façon respectueuse les ressources de la nature, notamment via le Biomimétisme. La démarche vise à associer le développement agricole à la protection de l’environnement, voire à sa restauration le cas échéant. Il s’agit aussi de faire évoluer une agriculture à orientation quantitative vers une agriculture plus qualitative, ce qui implique un changement de buts et de moyens (inspiré de Wikipédia).
[2] Les « incroyables comestibles » sont des groupes de citoyens qui décident de passer à l’action en cultivant des légumes et en les mettant à disposition gratuite des passants sous le principe de la nourriture à partager. Cette action de partage a pour but de participer à la relocalisation de la production de nourriture et de changer notre vision de l’alimentation.
[3] Mentionnons, à cet égard, une initiative inspirante en provenant d’outre-Manche : à Brixton, des citoyens ont créé la coopérative « Brixton Energy » et récolté de l’argent auprès des habitants afin de financer l’installation de panneaux photovoltaïques sur les toits d’immeubles de cette partie de Londres.

2ème Repair Café le dimanche 28 mai

Suite au succès du 1er Repair Café organisé par Villers en Transition en avril, nous remettons le couvert ! Rendez-vous le dimanche 28 mai entre 10h00 et 13h00 à la Maison Communautaire de Marbais pour donner une seconde vie à vos appareils défectueux, vos vélos qui déraillent, vos vêtements troués,…

Un Repair Café est une initiative citoyenne locale bénévole. Un projet porté par les citoyens, pour les citoyens. Un lieu collaboratif d’échanges et de rencontres. Ouvert sur un monde durable.
Nous parvenons à sauver plus de 60% des objets !

Villers en Transition vous donne rendez-vous chaque 4ème dimanche du mois, entre 10h00 et 13h00, à la Maison Communautaire (Rue de Priesmont, 32 à 1495 Marbais).

Ambiance conviviale et petite restauration !

Nourriture à Partager, à Tilly !

Lors des vacances de Pâques, Michèle et Chantal se sont rendues à l’école de Tilly pour remettre en état le bac potager.

Après avoir retiré les herbes indésirables, sont réapparus de la sauge, de la menthe, quelques fraisiers et de la ciboulette.

Un plant de persil a été ajouté à cette occasion.

En accord avec la nouvelle directrice de l’école, rendez-vous fut pris au retour des congés scolaires, pour effectuer des semis de radis avec les enfants.


Le choix s’est porté sur les radis car ils poussent rapidement – les enfants peuvent ainsi voir le résultat de leurs efforts – et on peut les remplacer ensuite par d’autres cultures.

Les institutrices et enfants vont s’occuper de l’entretien du bac et des prochains semis ou repiquages.

Nous recherchons quelques personnes, habitant Tilly ou passant régulièrement devant l’école, pour suivre l’évolution du bac et faire un entretien léger pendant les vacances scolaires.

Avis aux amateurs, merci de nous contacter !

Contacter le cercle « Nourriture à partager » ou « Incroyables comestibles »

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message